Didier Raoult au coeur des fake news 130x130

 

La solution proposée par le professeur marseillais Didier Raoult, à base d’hydroxychloroquine, pour guérir du Covid-19, est à l’origine de nombreuses théories du complot et de fake news. Une figure d’opposition face au système pour certains, un charlatan profitant de la crise actuelle pour d’autres, le professeur alimente des débats qui ne cessent de prendre de l’ampleur.

 

 

Le 11 juin 2020

 

Par Lucas Abrunhosa, Antonin Bardet, Vincent de Sousa Gomes et Merveille Ngamungwela

Les théories du complot concernant les domaines médical et pharmaceutique sont nombreuses et se développent vite, et encore plus dans le contexte actuel de crise sanitaire. On en entend beaucoup parler depuis trois mois, le professeur Raoult, médecin auprès de l’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille, aurait trouvé un traitement à base de chloroquine afin de lutter contre le Covid-19. Cette solution est soutenue par plusieurs pays comme les États-Unis ou la Bosnie mais elle a aussi des partisans politiques en France. Demeure alors une question : pourquoi le traitement n’est-il pas davantage utilisé s’il est efficace ? Une interrogation visant directement le gouvernement énoncée par beaucoup d’internautes, qui vont jusqu’à accuser nos dirigeants d’être complices de la crise actuelle. Eux voient Didier Raoult comme celui qui a déjoué les plans du système grâce à un remède facile d’accès et peu onéreux, ce dernier point expliquant selon eux sa non-généralisation.

Médias traditionnels vs réseaux sociaux

 

Tout autant adulé que controversé, Didier Raoult, est donc au centre de polémiques. Certains le considèrent comme un génie, d’autres comme un imposteur. Mais, outre le débat purement scientifique, un autre prend une place importante dans la société, celui de l’opposition entre médias traditionnels et réseaux sociaux. Car le professeur Raoult a fait savoir dans plusieurs interviews toute la défiance qu’il avait envers les journalistes. Ainsi, le 14 mai, a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision israélienne i24News : « Les informations sont souvent de meilleure qualité sur YouTube ». On peut débattre du bien-fondé de cette déclaration, mais elle est révélatrice de l’ambiance qui règne dans la société française après la crise sanitaire.

Une simple erreur peut ainsi engendrer une polémique quand on évoque le médecin marseillais. Dans son édito dans l’émission « CàVous » le 5 juin 2020, le journaliste Patrick Cohen s’est par exemple trompé en affirmant que Didier Raoult avait admis que la chloroquine pouvait, dans certains cas, être dangereuse, alors qu’il n’en avait jamais fait mention en France. Or, il s’avère que le même Didier Raoult avait tenu les mêmes propos sur sa propre chaîne Youtube, et dans la langue de Molière. De là à accuser Patrick Cohen de véhiculer des fake news, il n’y avait qu’un pas… Que certains internautes, comme le blogueur Lettres it be, ont franchi allègrement, alimentant la « guerre » contre les médias traditionnels.

Didier Raoult sur le départ pour la Chine ?

A la fin du mois de mai, un article d’ « Entreprendre », média appartenant aux éditions Robert Lafont, a même annoncé le départ du professeur Raoult pour la Chine. Ainsi que le raconte le site de la chaîne LCI, c’est par le biais d’un courrier électronique, adressé à Robert Lafont lui-même, que le médecin marseillais aurait indiqué avoir été recruté par « la Peking university, l’université la plus réputée du pays ». Largement reprise, cette information a rapidement été démentie par le service de presse de l’IHU de Marseille, qui a expliqué que l’adresse mail utilisée était fausse, et que l’identité de Didier Raoult avait été usurpée.

Si fake news et théories du complot ont la part belle, dans notre société, depuis déjà plusieurs années, cette période de pandémie et les angoisses qu’elle génère leur sont particulièrement propices. Il convient donc d’être plus prudents que jamais lorsqu’on s’informe, et de toujours vérifier les sources des renseignements qui nous parviennent.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.