Le déconfinement dans le monde 130x130

 

Si, en France, le déconfinement est bien avancé et aucun rebond épidémique n’est pour l’heure constaté, tous les pays et continents n’en sont pas au même point. Revue de détail.

 

Le 22 juin 2020

Par les Ambassadeurs des médias et de l’information d’Unis-Cité

C’est de là qu’est partie l’épidémie, il y a quelques mois. Et c’est pour cela que les yeux du monde sont braqués sur elle. En Chine, le Covid-19 semble connaître un rebond. Le 10 juin dernier, ainsi que le raconte le site Slate, plusieurs cas ont en effet été décelés à Pékin. Il s’agissait de personnes travaillant ou ayant effectué des achats au marché de gros de Xinfadi, dans le sud de la capitale. Ce serait des poissons, qui y ont été vendus, qui seraient à l’origine des contaminations.

Résultat : des mesures de reconfinement immédiat pour les habitants des environs, la fermeture des écoles et universités, et l’annulation de plusieurs centaines de vols au départ des deux aéroports de la ville. Selon l’agence Reuters, citée par Ouest France, la Chine faisait état, lundi 22 juin, de 18 personnes infectées supplémentaires au cours des dernières 24 heures.

Les Etats-Unis et le Brésil paient le plus lourd tribut à la pandémie

C’est aux Etats-Unis que le coronavirus a fait le plus de victimes : 120 000, depuis le début de la pandémie, pour 2,2 millions de personnes touchées, comme le rappelait le Figaro le 21 juin. Et bien qu’une vingtaine d’états connaissent une nouvelle hausse du nombre de contaminations, le gouvernement n’envisage pour l’heure pas de mesures de reconfinement. C’est en tout cas ce qu’a indiqué à l’AFP l’épidémiologiste en chef de la Maison blanche, Anthony Fauci.

Autre pays payant un très lourd tribut à la crise sanitaire en cours : le Brésil, qui déplore désormais plus de 50 000 décès, et où le Conseil national des secrétaires de la santé accuse le président d’extrême-droite Jair Bolsonaro de manipuler les chiffres. Comme expliqué par la Dépêche du Midi, les mesures de confinement, mises en place par les gouverneurs des différents états contre l’avis de la présidence, ont été assouplies dès le début du mois de juin, alors que le pic de l’épidémie n’avait pas encore été atteint.

L’Allemagne toujours dans un « entre-deux »

Chez nos voisins allemands, c’est dès le 20 avril que le déconfinement a commencé, pour les Länder possédant moins de 50 cas pour 100 000 habitants. Depuis, de nouveaux foyers de contamination sont apparus, comme dans cet abattoir de Rhénanie-Westphalie, auquel Le Monde consacrait un article, le 22 juin, et où 1 300 cas de contamination ont été recensés. Selon Pascal, un Français travaillant dans une banque allemande, avec lequel nous nous sommes entretenus, le pays semble toujours être dans un entre-deux. Quant à la population, il est difficile pour elle de respecter certains des gestes barrières, notamment le port du masque, que beaucoup refusent de mettre. Toujours d’après lui, les mesures de sécurité qui ont été prises ressemblent à celles que l’on peut observer en France : gel hydroalcoolique à disposition, protection supplémentaire au guichet, masques pour les employés, etc.

Déconfinement progressif en Afrique

En Afrique, le nombre de cas confirmés de coronavirus s’élevait, le dimanche 21 juin, à 298 370, et le Covid-19 avait causé la mort de 7 944 personnes. Comme indiqué par le site de RFI, les pays les plus touchés du continent était l’Afrique du Sud, avec 92 681 cas, l’Egypte, avec 53 758 contaminations, et le Nigéria, qui recensait 19 808 victimes. La réouverture des hôtels, restaurants, boîtes de nuit, sites touristiques, etc, intervient progressivement un peu partout sur le continent, mais, comme sur les autres continents, les conséquences économiques de la crise sanitaire s’annoncent terribles.

L’Australie garde ses frontières fermées

Si, en Australie, l’épidémie semble avoir été contenue, avec 7 300 cas et 102 décès à la date du 17 juin, les autorités estiment que c’est grâce à la mise en place de mesures de distanciation physique très strictes et à la fermeture de ses frontières. Et annoncent, comme le site de RTL s’en fait le relais, ne pas avoir l’intention de les rouvrir avant 2021. Des mesures qui pourraient néanmoins être assouplies pour les visiteurs longue durée et les étudiants, via, par exemple, l’instauration de quatorzaines pour les personnes concernées.

 

    

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.