magnifying gl

 

Apprenez à reconnaître les fake news grâce à notre passoire à informations !

Pas toujours évident de s’y retrouver dans le flot d’informations qui nous parvient à propos du Covid-19. Nous vous proposons quelques trucs et astuces pour apprendre à démêler le vrai du faux.

 

 

Par Alexandre Vanvakas, Caroline Ducly, Noémie Lohrer et Ryan Hippodam, Ambassadeurs des Médias et de l'Information (AMIs) en service civique dans les médiathèques

Le 20/03/20

Qui peut prétendre n’avoir pas connu cette situation, au cours des derniers jours ? Vous discutez avec un ami sur WhatsApp, il vous transfère un message d’un prétendu médecin, contenant un soi-disant remède miracle contre le Covid-19, et vous voilà plongé en plein doute : devez-vous vraiment manger une tête d’ail complète, boire deux litres de thé brûlant et planter des clous de girofle dans un oignon pour vous prémunir du Covid-19 ? En appliquant quelques réflexes simples, vous devriez pourtant arriver à déterminer quelle crédibilité accorder aux informations qui vous sont transmises.

Existe-t-il d’autres sources ?

D’abord, vérifier si elles sont monosources, ou si plusieurs personnes ou médias en parlent. Mise en situation : vous voyez un article partagé sur les réseaux sociaux, Facebook par exemple. Le titre de l’article vous semble étrange, il vous faut le contrôler. Recopiez donc son titre, ou copiez-collez-le dans votre navigateur Internet et observez si d’autres médias en parlent. Si l’information figure sur plusieurs sites reconnus pour leur sérieux, vous pouvez la croire. Si elle n’est véhiculée que par un site ou une personne, ou par plusieurs mais dans des termes rigoureusement identiques, alors vous êtes probablement face à une fake news, à laquelle il convient de ne pas faire confiance.

 

Recourir aux outils en ligne

Vérifier ses sources, c’est le plus important lorsque l’on cherche à débusquer des fake news. Et de nombreux outils ont pour cela été mis en place : notamment le Décodex, créé par le journal Le Monde, mais aussi Crosscheck et Hoaxbuster. Ces sites permettent respectivement de s’assurer de la fiabilité d’un site,  poser des questions à une communauté de journalistes, ou bien de contrôler la véracité d’une information.

Attention également aux images, qui peuvent très facilement être détournées. Pour vérifier leur origine, rien de plus simple : il suffit d’en copier l'URL sur Google image, ou bien de la faire directement glisser sur la barre de recherche.

Privilégiez les comptes certifiés

Si vous vous informez sur les réseaux sociaux, prenez garde aux faux comptes ! Rien de plus aisé, en effet, que de prétendre parler au nom de quelqu’un que l’on n’est pas sur Twitter, Facebook ou Instagram. Conscientes de ce problème, ces différentes plateformes ont mis en place un système de certifications, censées garantir les identités de personnalités publiques. Sur Twitter, par exemple, il consiste en un badge bleu, qui apparaît à côté du nom sur le profil du compte, et à côté du nom du compte dans les résultats de recherche, et est toujours placé au même endroit.

 

Posez-vous les bonnes questions

Enfin, faîtes-vous confiance ! User d’esprit critique reste en effet une compétence essentielle pour trier le vrai du faux. Pour l’exercer, il faut commencer par se poser une simple question, qui, par suite logique, en engendrera d’autres, et nous permettra d’examiner la valeur de l’information et de juger de son authenticité. Qui nous donne cette information ? A-t-elle intérêt à la diffuser ? Y a-t-il une photo ou une vidéo dont on peut vérifier l’origine, et donc si elle correspond avec la datation de l’article ? Les faits sont-ils traités de façon neutre ? Peut-on les croiser avec d’autres sources, dites fiables ? 

Notre cerveau est naturellement capable de tiquer, lorsque quelque chose cloche. Apprendre à l’écouter constitue donc un véritable moyen de lutter contre le virus de la désinformation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.