Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

Résumé

« Un burn-out chez un petit bibliothécaire d’arrondissement, c’ [est] la honte… » C’est pourtant ce qui arrive au narrateur de cette histoire : le médecin a été formel ! Un mois d’arrêt de travail… Jean, puisque c’est ainsi qu’il se prénomme, décide alors de faire le vide et de vivre au rythme de sa chatte Ouchpa : dormir et manger quand il en a envie…

C’est donc en plein farniente que Jean finit par tomber sur une cassette audio d’un chanteur qu’il a découvert dans les années 70, et dont plus personne n’entend parler aujourd’hui : Rémy Bé. Cette redécouverte agit comme un détonateur : Jean décide de partir sur les traces de ce chanteur, mû par « l’envie irrépressible de retrouver le seul ami de ces trente dernières années, et qui n’avait bien sûr aucune idée de [s]a fidélité envers lui ! ». Seuls indices : les paroles des chansons de Rémy Bé et la pochette de son disque où ce dernier pose devant le viaduc de Morlaix !

Notre avis

Didier Tronchet est surtout connu pour ses anti-héros marginaux de bandes dessinées, dont le plus célèbre demeure Jean-Claude Tergal ! Mais depuis les années 2010 et un séjour à Madagascar, Tronchet a ajouté d’autres cordes à son arc en réalisant plusieurs récits de voyages ou romans graphiques à tendance autobiographique (Le Fils du Yéti ou Vertiges de Quito, 2014). Le Chanteur perdu, sa dernière création, relève à la fois de ces deux genres.

Rémy Bé était un chanteur dont la désinvolture et la liberté de ton dans les années 70 ne pouvaient que séduire Jean qui se voyait alors comme un révolutionnaire : cette quête du chanteur disparu ne serait-elle donc pas l’occasion de renouer avec ses idéaux de jeunesse et de vivre la vie libre dont il a toujours rêvé ? Emouvant road-trip que celui de Jean qui tente de retrouver un chanteur et un temps perdus, sous l’ombre tutélaire d’un Brassens, qui avait soutenu Rémy Bé ! Plus émouvant encore est d’apprendre que Didier Tronchet a mis beaucoup de ses propres souvenirs et de ses passions dans ce récit que l’on pourrait qualifier d’initiatique tant il est celui d’un nouveau départ !

Récit d’une quête de la liberté et ode à cette dernière, Le Chanteur perdu est une œuvre grisante, sensible et amusante : un véritable moment d’évasion !

Jean-Loup Médiathèque André-Cancelier