Piste 1
15’33

  

  

 

 

 

0’00  Rappel des conditions du départ de M. Petit et de son retour d’Allemagne.

9’10  Le curé d’Argent-sur-Sauldre met en place un réseau de Résistance.

12’10  Monsieur Petit décide de ne pas repartir en Allemagne et un officier, ami de sa famille, propose de le cacher chez lui à La Palisse.

   
         

Piste 2
12’28 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0'00  (15’40)  Rencontre avec Monciot, ami revenu d’Allemagne qui lui propose de faire partie des FFI du nord du Cher.

1'02  (16’15)  Les armées allemandes remontent vers le nord pour regagner l’Allemagne. Embuscades tendues par les FFI.

1'56  (17’10)  « Poche » de la Loire. Situation de l’armée allemande.

2'51  (18’10)  Embuscade tendue par les FFI du nord du Cher.

7'31  (22’50)  Les troupes allemandes se rendent à l’armée américaine.

9'00  (24’40)  Les résistants d’Argent-sur-Sauldre sont chargés par les Américains de contrôler le passage des troupes allemandes devant rejoindre les camps qui leur étaient destinés.

11'04  (26’25)  Un bataillon allemand s’installe dans le château d’Argent-sur-Sauldre.

   
         

 Piste 3
10’41

                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0'00  (28’05)  Monsieur Petit, avec d’autres FFI, rencontre trois soldats américains.

1'44  (29’30)  Les soldats Américains fournissent des grenades au groupe de FFI de M. Petit.

2'30  (30’10)  Les Américains décident de bombarder le château d’Argent-sur-Sauldre. Les habitants prévenus, par bouche à oreille, abandonnent le village.

3'50  (31’30)  Le château n’est pas bombardé. Départ des Allemands vers le nord. Les FFI envisagent un attentat qui n’aura finalement pas lieu.

5'55  (33’40)  La Résistance est terminée mais une autre mission est proposée aux FFI : Front de Royan.

7'03  (34’50)  Monsieur Petit est volontaire, avec d’autres camarades de son village, pour partir au Front de Royan.

8'45  (36’30)  Janvier 1945. Contre-offensive des Ardennes.

10'37  (38’20)  Les armées alliées reprennent leur avancée.

   
         

 Piste 4
10’55

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0’00  (39’30)  Intégration de M. Petit et des autres FFI dans la Première Armée française.

0'55  (40’25)  Les FFI du Cher sont regroupés à Charenton-du-Cher. Entrainement, formation et affectation à la Première Armée française.

2'23  (41’00)  Ces FFI partent en Alsace avec une étape à Argent-sur-Sauldre où une nouvelle formation leur est donnée. M. Petit est chargé de l’organisation de l’installation du bataillon.

(42’20)  Novembre 1944. Mariage d’un ami de M. Petit à Argent-sur-Sauldre.

(43’10  Rencontre avec la cousine de la mariée, qui va devenir sa femme.

(44’00)  Les parents de la future madame Petit habitent Paris et ont un pied-à-terre à Eaubonne.

(44’50)  M. Petit milite pour la Jeunesse Ouvrière Chrétienne.

(46’00)  Première venue à Eaubonne lors d’une permission.

(48’50)  Retour de permission en train dans des wagons sans vitres.

   
         

Piste 5
8’51

 

  

 

 

 

0’00  (49’54)  Bataillon de M. Petit, engagé volontaire, en Alsace.

(50’25)  Les troupes françaises entrent en Allemagne, en Forêt noire, le 25 avril 1945 sur un pont de bateaux.

(53’00)  Départ du bataillon pour la Sarre à Saint-Wendel.

(55’45)  Affectation à la garde du général Koenig à Baden-Baden.

   
         

 

 

Piste 1
15’11

  

  

 

 

 

 

0’00  Passage de la ligne de démarcation.

3’58  Retour au village après la démobilisation.

4’48  Commerce de vêtements des parents de Monsieur Petit

12’26  Boutique de ses parents détruite par un char allemand.
           La maison a été pillée.
           Joie de retrouver ses parents qui avaient fui et sont revenus un mois avant le retour de Monsieur Petit.

   
         

Piste 2
15’02 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

0'00  (15’00)  L’usine a été fermée. Elle rouvre six mois après.
                      Retour à l’usine.

1'05  (16’05)  Le chef d’entreprise de l’usine veut acheter une partie du jardin du père de Monsieur Petit.
                      Enfants du chef d’entreprise.

4'36  (19’30)  Aparté. Monsieur Petit travaille dans une entreprise à Saint-Ouen, concurrente de celle où il a débuté. Il retrouve alors le fils de son ex-patron lors d’appels d’offres.
                      Monsieur Petit revient sur son apprentissage des mathématiques.

8'53  (25’00)  En 1942, Les Allemands proposent de renvoyer un prisonnier français pour deux volontaires ouvriers spécialisé français qui iraient travailler en Allemagne. Peu de volontaires, décision de réquisitionner des ouvriers.
                     Fin octobre-début novembre 1942, arrivée des Allemands à l’usine.
                     Réquisition d’ouvriers et de personnels du bureau d’études pour partir en Allemagne, dans la Ruhr à Essen. Monsieur Petit est réquisitionné.

   
         

 Piste 3
12’51

                           

 

 

 

 

 

 

 

0'00  (30’10)  Arrivée à Essen. Des ouvriers spécialisés de toute l’Europe sont rassemblés à Essen, ville appartenant pratiquement entièrement à Krupp, pour l’usine d’armement.
                      Affectation dans un bureau et, de ce fait, possibilité de se loger en ville.

3'23  (33’25)  Monsieur Petit avait décidé d’apprendre la langue allemande et avait pris des cours à Ardent.

5'20  (35’20)  Monsieur Petit est logé dans une famille allemande. Le fils de cette famille ne fait pas partie des Jeunesses hitlériennes.

6'31  (36’35)  Il a déjà l’idée de s’évader avec un ami, voisin de ses parents. Bombardements anglais presque chaque nuit sur la Ruhr.

9'50  (38’35)  En janvier 1943, Il reçoit une lettre de sa mère. Nouvelles inquiétantes de la santé de son père. L’officier allemand de la Kommandantur du Cher délivre une permission qui permet à monsieur Petit de rentrer en France.

   
         

 Piste 4
8’35

  

 

 

 

 

 

0’00  (42’55)  Retour de Monsieur Petit à Argent-sur-Sauldre. Rencontre avec un officier français que connaissaient ses parents. Monsieur  Petit lui confie qu’il n’a pas l’intention de repartir en Allemagne et cet officier lui propose de rejoindre la zone libre à La Palisse (Allier).
                      Il passe la ligne de démarcation.

6'00  (48’ 50)  Rencontre avec le colonel Collioux.
                       Chantiers de Jeunesse.

   
         

Piste 5
5’41

 

  

 

 

 

0’00  (52’25)  Janvier 1944. Visite de sa sœur.
                       Mort de son oncle par accident. Retour au village pour l’enterrement.

3'45  (55’ 10)  Monsieur Petit travaille dans une usine d’allume-feux à Argent-sur-Sauldre.

4'55  (56’ 30)  Monsieur Petit entre dans la Résistance.

   
         

Sous-catégories