Sylviane Grunspan est née en 1936. 

Arrivée bébé à Eaubonne, elle a effectué toute sa scolarité dans la commune. 

 

Piste 1-1
13'06

 

 

 

 

 

 

 

 

                           

 

0’00  Arrivée à Eaubonne en 1936.

0’37  Ecole maternelle Paul Bert : description des bâtiments, jouets.
         Institutrice Melle Bidart.
         Deux petits garçons avec l’étoile juive.

3’14  Exode
        Rentrée en septembre 40.
        Evasion du père prisonnier.

5’50  Retour à Eaubonne.

6’54  Souvenirs d’école pendant la guerre. Hôpital civil installé à l’école Paul Bert. Cour de récréation divisée par une ligne, garçons d’un côté et filles de l’autre.

10’46  Alertes : descente en rang dans les caves de l’école. Souvenir des bombardements à La Chapelle.
           Coupures d’électricité fréquentes.

   
         

Piste 1-2
9'55

 

 

 

  

 

 

   

0’00  (13’06)  Restrictions alimentaires : tickets, mauvaise qualité de la nourriture, absence de friandises, plaintes des adultes.

2'50  (15’56)  Distribution de compléments alimentaires à l’école ; pastille rose vitaminée, biscuit vitaminé.

4'15  (17’13)  Vie quotidienne pendant la guerre : « système D », chaussures à semelles de bois, froid.

6'20  (19’25)  Poêle dans la classe, mais froid dans les couloirs.

7'18  (20’24)  Portrait du Maréchal Pétain dans la salle de classe au-dessus de l’estrade. Pas de chant « Maréchal nous voilà ».

 
         

 Piste 1-3
12'57

 

 

  

 

 

 

 

0’00  (23’02)  Avions canadiens abattus en juillet 44. Les habitants apportent des fleurs à l’école Paul Bert où une chapelle ardente a été installée.

5'33  (28’35)  Libération : terroristes et résistants.

6'33  (29’35)  Tirs, fausse libération d’Eaubonne : les habitants doivent rentrer les drapeaux qu’ils avaient mis aux fenêtres.

9'17  (32’18)  Départ des Allemands.

10'27  (33’28)  Anecdote du passage d’un régiment allemand près du jardin de la famille.

 
         

Piste 1-4
13'08

 

 

 

 

 

 

 

0'00  (36’16)  Allusion aux femmes tondues, une famille reçoit un petit cercueil pour collaboration.

3'15  (39’15)  Présence américaine à Eaubonne : défilé dans l’avenue de la Gare.

4'18  (40’18)  Le 1er 14 juillet après la Libération.

5'42  (41’53)  Pas de sport à l’école primaire Paul Bert mais sport à l’école Jean Macé avec Melle Forcade.

6'56  (42’54)  Cours complémentaire Jean Macé : apprentissage d’une langue étrangère (Anglais).
                       Professeur homme M. Renaud.

10'00  (46’00)  Pédagogie, cours de morale.

   
         

Piste 1-5
12'49

 

 

 

 

 

 

 

0'00  (49’08)  Locaux du cours complémentaire : aucun confort. Vaccination au dispensaire.
                       Education physique dans la cour.

3'09  (52’12)  Cinéma scolaire « la Bataille du rail », toujours des films édifiants avec un arrière plan historique.
                      Bibliothèque de classe.

5'17  (54’25)  Cinéma Trianon Palace : film « Le Voile bleu ».
                      Lieu de convivialité.

8'12  (57’17)  Description du cinéma : attractions, bar, style Art déco.

   

Suzanne Lauvergnat est née en 1921. 

Elle a été enseignante à Saint-Leu-la-Forêt avant d'exercer sa profession à Eaubonne. 

 

Piste 1-1
14'17

 

 

 

 

  

                           

 

0’00  Présentation
         Carrière :
         Arrivée à Saint-Leu-la-Forêt en 1941 puis remplacement à Argenteuil (garçons difficiles).
         Passe son Certificat d’aptitude pédagogique.

9’30  Nomination à Ermont : classe de cours complémentaire.

10’20  Enfant étranger à Argenteuil.

11’20  Après la guerre, suppléance à Bouffémont.

12’50  Titularisation en 1946. Nomination à Presles.

   
         

Piste 1-2
10'42

 

 

 

 

 

 

   

0’00  (14’25)  Titulaire sans poste : plusieurs suppléances à Franconville (maternelle).

0'27  (14’55)  Nomination au Plessis-Bouchard pour la classe enfantine.
                      Inspection.

3'24  (18’09)  Nomination à Eaubonne à l’école Paul Bert filles : directrice, inspection.

6'19  (20’44)  Arrivée à Paul Bert en 1955. Nomination pour le cours préparatoire.

 
       

Piste 1-3
13'29

 

 

 

 

 

 

0'00  (25’20)  Pédagogie, apprentissage de la lecture.

3'03  (28’10)  Exposition à l’école.

3'45  (28’50)  Souvenirs d’élèves.

6'15  (31’24)  Témoignages de reconnaissance des élèves, parents.

10'49  (36’00)  Mai 1968.

 
         

 Piste 2-1
14'51

 

 

  

 

 

 

 

0’00  Quartier de la rue Suzanne : convivialité, habité par des employés du chemin de fer du Nord.
         Enfants surveillés.

5’14  Commerçants : passage du boulanger tous les jours, passage du chiffonnier, marchand de peaux de lapins, laitier. Importance du facteur.

8’56  Quartier résidentiel.
         Marché place Danton.
         Cinéma « Le Trianon » (arrêt en 1982).

 
         

Piste 2-2
7'46

 

 

 

 

 

0'00  (14’50)  Fête du 14 juillet avec retraite aux flambeaux.

1'55  (16’45)  Population, célébrités du quartier. Monsieur Danthin.

5'47  (20’39)  Emile Moselly prix Goncourt en 1907 pour « le Rouet d’ivoire » (en fait « Terres lointaines »). Mme Chenin veuve d’Emile Moselly.

   

André Legrand est né en 1925. 

Il a été membre bénévole de la Maison des Jeunes puis directeur de la MJC.

Piste 2-1
15'30

 

 

 

 

 

 

 

 

                           

0’00  Présentation.

1’18  Création d’une MJC par jour dans les années 1960.

2’22  MJC d’Eaubonne.
         Création en 1965.
         M. Legrand membre du conseil d’administration de la MJC.
         Subventions permettant le fonctionnement de la MJC.

8’17  MJC d’Eaubonne : M. Lamontagne directeur (personnel mis à disposition par la fédération du Val-d’Oise. Orienté vers les jeunes en difficulté : foyer lieu de rencontre.

10’35  Expérience du restaurant de la MJC d’Eaubonne. Fermeture.

11’20  Rôle de M. Legrand au sein des MJC.
          La MJC d’Eaubonne n’avait pas un très grand rayonnement sur la ville. Fermeture.
          Activité vivarium.

     
         

Sous-catégories